DevOps: beaucoup plus que du déploiement de logiciel en continu

Je m’adresse à toi qui a déjà entendu parler plus d’une fois du DevOps. Je te pose la question suivante:

Comment décrirais-tu ce qu’est le DevOps ?

Tu pourrais certainement utiliser l’origine du terme DevOps pour me parler d’un mouvement visant l’alignement de l’ensemble des équipes du système d’information à commencer par les «devs»(chargés de faire évoluer le système d’information) et les «ops» (chargés d’exploiter les applications existantes).

Cela a le mérite d’introduire très clairement la prémisse du DevOps, soit:

Si une équipe d’exploitation est récompensée sur la stabilité du système alors que l’équipe de développement est récompensée à chaque nouvelle fonctionnalité livrée, il est évident que ces deux équipes vont se retrouver en conflit perpétuel.

Ensuite, vient la question de déployer en continu des logiciels et de toutes (beaucoup de tests et d’automatisation) les étapes qui sont nécessaires pour être en mesure d’arriver à ce niveau de maturité, soit:

  1. Intégration continue (fondement des méthodologies AGILE tel que SCRUM)
  2. Déploiement automatisé (automatisation du fait de passer vers un environnement indépendant des postes de développeur)
  3. Tests d’acceptation automatisés (automatisation de l’exécution de tests fonctionnels)
  4. Déploiement continu en production (déploiement en production sans régression et sans interruption de service)

devops_deploy

Source: http://www.ictjournal.ch/fr-CH/News/2014/12/02/DevOps-de-lintegration-continue-au-deploiement-continu.aspx

LE GRAAL?

À tout cela, on ajoute un coup de baguette (non magique) de changement de culture et on obtient une réelle révolution dans la capacité de concevoir,  de faire évoluer et de délivrer des services numériques.

Par contre, il demeure un axe qui est, à mon avis, le Graal du DevOps, je parle ici de «Infrastructure as Code».

Imaginons qu’une infrastructure complexe (réseau, firewall, cluster app, mise à jour, etc.) puisse être créée, modifiée complètement en quelques minutes à l’aide d’API ou pouvant tenir dans un fichier de «configuration» texte. Cela nous amène à se poser plusieurs questions et de faire certaines remises en questions sur des façons de faire que nous avons pu observer au cours des 10-20 dernières années.

Quelques exemple de questions que nous pourrions nous poser:

  • Pouvons-nous tester la non-régression d’une infrastructure de la même manière qu’on arrive à tester un logiciel ?
  • Sommes-nous maintenant en mesure de s’assurer que les différents environnements soient complètement identiques et qu’ils puissent être vérifiés facilement à l’aide d’un test?
  • Ai-je encore besoin que des administrateurs de systèmes aient des accès à ces serveurs ?
  • Est-ce dire que dans un proche futur, nous pourrions livrer une application en y incluant l’ensemble de ses spécifications d’infrastructure et de ses composantes (CDN, base de donnée, surveillance, mise à jour, etc.) et de les déployer et/ou transférer de manière transparente dans différent type de cloud?

Au cours des derniers mois, j’ai pu découvrir ce Grall avec Amazon Web Service (AWS). AWS est en quelque sorte le paradis pour le DevOps principalement de par l’approche «Infrastructure as Code» et leur approche 100% API. C’est d’ailleurs un des sujets sur lequel nous aurons la chance d’échanger davantage lors du lancement du la communauté DevOps Québec le 27 octobre prochain. Inscrivez-vous rapidement parce que la moitié des places se sont déjà envolée en moins de 48 h.

Au plaisir d’échanger davantage avec vous lors de cette soirée!

4 Comments

  1. Visiteur anonyme 5 février 2016 at 14 h 43 min #

    Le sujet me passionne et devra doreanavant faire figure de reference !

    Répondre

  2. Olivier Puech 22 juin 2017 at 14 h 42 min #

    Bonjour,

    êtes vous toujours actif ? Je suis organisateur du Global Devops bootcamp qui a eu lieu samedi dernier.

    Je voulais savoir s’il m’étais possible de bloguer sur votre site ? Savoir si vous étiez toujours actif ?

    Merci et bonne journée,

    Olivier Puech

    Répondre

    • Nicolas Roberge 25 juin 2017 at 10 h 18 min #

      Salut Olivier, on a lancé le groupe en 2015 avec un appel au bénévoles et on n’a pas eu assez de participation après une soirée de lancement. Toutefois, je désire toujours que ça décolle. Si tu souhaites contribuer, ça me fera plaisir de t’incorporer au comité organisateur.

      Répondre

Trackbacks/Pingbacks

  1. DevOps: beaucoup plus que du déploiement de logiciel en continu | Blogue de Patrice Caron - 15 février 2016

    […] article à été écrit pour la communauté DevOps Québec en octobre […]

Laisser un commentaire